2017

3 août 2017: Brunch à la ferme du 1er août: 25 ans de succès !

Idée partie de la Suisse romande, le Brunch à la ferme du 1er août fêtait cette semaine sa 25ème édition. Avec environ 350 exploitations réparties dans tout le pays et plus de 100’000 visiteurs, le succès de cet événement visant à renforcer les liens entre la ville et la campagne ne faiblit pas. Toutes nos félicitations et un grand merci aux agriculteurs qui ont organisé un brunch cette année ou par le passé ! Vous trouverez plus d’informations et des images de l’événement sur http://www.brunch.ch/fr/.

21 juillet 2017: Pays romand-Pays gourmand : publication de l'Alliance des organisations de consommateurs

L’Alliance des organisations de consommateurs a publié au début du mois de juillet les résultats d’une enquête sur les différents labels régionaux existants en Suisse.

Dans son enquête, l’Alliance prend naturellement en compte également les labels régionaux membres de la fédération Pays romand – Pays gourmand et des trois autres organisations suprarégionales, alpinavera, Culinarium et « Das Beste der Region ». Ces derniers respectent les lignes directrices et directives nationales pour les marques régionales (http://www.paysgourmand.ch/regio-garantie/regio-garantie) et peuvent arborer la nouvelle marque nationale regio.garantie.

Le bilan pour les labels régionaux « regio.garantie » est très positif. Sur 7 critères pris en compte dans cette évaluation, 6 sont remplis avec satisfaction, à savoir : la définition de la région en question, l’origine régionale des produits bruts et transformés, la valeur ajoutée créée dans la région, des contrôles indépendants ainsi que la transparence de l’information sur les labels.

Selon l’étude, ces labels présentent encore des marges d’amélioration. Les résultats de l’enquête signalent que les indications concernant les éventuels ingrédients importés ou issus d’une autre région devraient être plus transparents. De plus, il faudrait favoriser les trajets courts et aller vers une production plus proche de la nature.

L’étude complète, en allemand, se trouve sur le site www.konsumentenschutz.ch. Elle considère également les labels régionaux des grands distributeurs.

7 juillet 2017 : Votation du 24 septembre pour la sécurité alimentaire : Un large soutien en faveur de l’inscription dans la Constitution

Le jeudi 6 juillet, l’USP a lancé la campagne de votation en faveur de l’inscription de la sécurité alimentaire dans la Constitution. Un oui du peuple et des cantons le 24 septembre prochain permettra à notre pays de faire œuvre de pionnier en étant le premier pays au monde à inscrire ce principe dans sa charte fondamentale. Un comité de soutien formé de plus de 120 parlementaires fédéraux issus de presque tous les partis milite en faveur du oui. Durant tout l’été de nombreuses mesures sont d’ores et déjà planifiées et d’autres à venir. Plus d’informations sont disponibles sous www.securitealimentaire.ch et sur ce communiqué de presse de l’USP.

23 juin 2017: Traditionnelle séance de deux jours des directeurs des chambres d’agriculture romande

Comme chaque année à cette période, la Conférence des directeurs des chambres d’agriculture romandes a tenu une séance décentralisée sur deux jours. Les 21 et 22 juin derniers, ses membres ont eu le plaisir de se rendre au Jura bernois, plus précisément à Nods. De nombreux thèmes d’actualité, tels que les pesticides, les dégâts dus au gel de printemps, la digitalisation de l’agriculture, les espaces réservés aux eaux ainsi que la votation du 24 septembre prochain sur la sécurité alimentaire ont été traités. Par ailleurs, le traditionnel tour de table des actualités cantonales a été effectué. Un grand merci à la Chambre d’agriculture du Jura bernois pour son accueil.

23 juin 2017: IP-SUISSE veut devenir le numéro 1 d'une production agricole durable

Voici l’article sur IP-SUISSE paru dans le Terre&Nature du 26 mai 2017.

9 juin 2017: Nouvelle page Travaux dangereux

Suite à la parution dans l’Agri du 2 juin dernier de l’article sur les travaux dangereux dans l’agriculture, une nouvelle page sur notre site internet a été mise en ligne.

30 mai 2017: Les délégués de la fédération Pays romand-Pays gourmand en assemblée à Bernex (GE)

Voici le lien du bulletin d’information d’Agir sur l’assemblée générale de Pays romand – Pays gourmand.

23 mai 2017 : Loi chocolatière: le Conseil fédéral ne tient pas compte des avis émanant de la procédure de consultation

Mercredi dernier 17 mai, le Conseil fédéral a adopté son message au Parlement au sujet des mesures de remplacement des aides liées à la Loi chocolatière. Une analyse rapide du document avec le rapport de consultation laisse perplexe. En effet, pour commencer, alors que 64 organisations sur les 93 ayant participé à la consultation ont demandé un budget d’environ 95 millions, le Gouvernement a décidé d’en rester aux 67,9 millions initiaux. L’argumentation basée sur le budget 2017 est particulièrement malhonnête puisque le Parlement avait corrigé les montants à la hausse en fin d’année dernière. Dans le même ordre d’idée, les Sept sages refusent que le niveau des nouvelles contributions soient inscrites dans la LAgr alors que 49 organisations l’ont spécifiquement demandé. Enfin, le Conseil fédéral maintient les simplifications au niveau du trafic de perf alors qu’elles sont rejetées par 39 organisations sur les 65 s’étant exprimées sur le sujet. Le dossier va dorénavant être traité par les Chambres fédérales. AGORA compte donc sur les parlementaires fédéraux pour qu’ils se montent réellement à l’écoute des avis de la branche. Dans le cas contraire, il faudra se poser la question de l’utilité des procédures de consultation.

23 mai 2017 : Offres modulaires 2017-2018

L’offre modulaire pour les brevets et maîtrises des métiers du champ professionnel agricole est disponible ! Vous trouverez de plus amples informations sur notre site et l’article de l’Agri du 19 mai 2017.

12 avril 2017 : Renouvellement partiel au comite d'AGORA et adhesion d'un nouveau membre

A l’occasion de l’assemblée générale d’AGORA qui s’est déroulée le vendredi 7 avril dernier, un changement a eu lieu au comité d’AGORA. En effet, André Perler, qui représentait l’AMASR (Association des maîtres agriculteurs de Suisse romande), a démissionné et cédé sa place à Fabrice Nagel, agriculteur à Charmoilles (JU). Par ailleurs, les délégués ont accueilli par acclamation l’antenne romande de BioSuisse en tant que nouveau membre.

2016

 

2015

30 octobre 2015 : Séminaire romand de l'USP
Le traditionnel séminaire organisé par l’USP en Suisse romande a eu lieu le 29 octobre 2015 à Yverdon-les-Bains, avec plus de 70 participants.

Le point fort de la réunion a porté sur la situation sur les marchés, plus spécialement celui du lait industriel. De nombreux intervenants ont exprimé leur insatisfaction face aux prix très bas et ont demandé clairement à l’USP d’être active dans ce secteur. Il s’agit en priorité de reprendre la gestion de l’offre en main des producteurs, notamment par des interventions politiques et par les organisations directement concernées.

AGORA a été mandaté pour que le thème du marché laitier soit abordé lors de l’assemblée des délégués du 19 novembre prochain.

Pour le reste, les participants ont accueilli positivement les travaux menés par l’USP au niveau de la communication de base « Proches de vous, les paysans suisses », du programme d’activités 2016 et de l’initiative pour la sécurité alimentaire. Ils ont aussi insisté pour des améliorations à apporter à PA 2014-2017, notamment en ce qui concerne les simplifications administratives.

17 septembre 2015 : Consultations

AGORA vient de répondre à plusieurs consultations importantes, résumées comme suit :
a) Demande de réduction du droit de douane sur le lait concentré : cette demande d’une entreprise privée est bien entendu rejetée, au vu de la situation catastrophique du marché du lait suisse. A noter que cette demande est basée sur le fait qu’aucun transformateur de lait en Suisse ne semble en mesure de fabriquer le produit demandé. Etonnant quand même, l’industrie laitière suisse ne manque pas de dire combien elle est innovante !

b) Plan castor suisse : ce plan n’est pas réaliste. Il est même déjà dépassé au vu de l’extension géographique du castor. Il doit être adapté et il s’agit de limiter au maximum les dégâts pour l’agriculture.

c) Stratégie pour la sélection végétale : celle-ci est appréciée positivement par l’agriculture suisse. Toutefois, sa mise en oeuvre va nécessiter des moyens financiers publics plus élevés.

d) Imposition des immeubles agricoles et sylvicoles : la mise en oeuvre de la motion Müller est soutenue, car elle rétablit la situation antérieure à l’arrêt du tribunal fédéral de décembre 2011 qui pénalise fortement les familles paysannes lors d’un transfert de patrimoine. Seul problème et pas des moindres : le projet rejette la rétroactivité de la future législation, ce que AGORA ne peut admettre

Pour la consultation des prises de position d’AGORA, voir sous : Consultations terminées

28 août 2015 : Quelques infos sur l'étude sur l'agriculture romande

Depuis février 2015, HAFL Zollikofen (Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires) travaille sur une étude sur l’agriculture romande, sur mandat d’AGORA.
Le travail avance de manière très satisfaisante. L’analyse des données statistiques agricoles entre 1993 et 2003 est terminé. Elle donne de précieuses indications sur l’évolution structurelle en Suisse romande, ceci par district (nombre d’exploitations, main d’oeuvre, production et revenus).
L’analyse des 20 exploitations-types sélectionnées a permis de dégager 6 stratégies pour l’avenir qui sont :

  • l’augmentation de la SAU par exploitation
  • l’intensification
  • l’optimisation des frais de production
  • la diversification
  • la spécialisation
  • les revenus annexes

Ces stratégies vont faire l’objet d’un séminaire réunissant les responsables agricoles romands, les exploitants sélectionnés et les représentants de différentes filières. Ce séminaire aura lieu le 4 septembre 2015 à Yverdon-les-Bains. Il permettra de dégager les forces, les faiblesses, les chances et les risques de l’agriculture romande et d’ouvrir des pistes de développement pour l’avenir.
En parallèle, AGORA analyse les législations agricoles des cantons romands et les nombreuses études déjà faites au niveau des cantons.

Nous rappelons que l’étude sera terminée en février 2016 et publiée probablement par AGORA à fin mars.

31 juillet 2015 : L'agriculture très présente dans les médias

En période estivale, l’agriculture est un thème très intéressant pour les médias. Ainsi, durant la dernière quinzaine, le journal 24 Heures a pratiquement parlé tous les jours de l’agriculture. Ainsi, les conséquences de la sécheresse et le plan catastrophe déployé par le canton de Vaud ont été largement thématisés, avec les aléas des hélicoptères piratant l’eau du Lac des Rousses ou les vaches réticentes à boire l’eau amenée par l’armée. Le journal a aussi amené un témoignage poignant d’une productrice de lait, en larmes après réception de son décompte, avec un prix inférieur à 50 cts/litre.  A l’opposé, un article sur une moissonneuse-batteuse géante avec une barre de coupe de 10 mètres nous laisse songeur face à certains investissements.
La politique agricole, avec son lot d’initiatives populaires en lien avec l’agriculture a été abordée. La viticulture n’est pas restée en arrière, avec des reprises d’entreprises au sein du canton de Vaud et les dégâts constatés dans les vignes suite à l’utilisation d’un anti-pourriture qui semble problématique.
Globalement nous saluons l’intérêt des médias romands pour l’agriculture et la qualité des articles publiés.

7 juillet 2015 : Conférence des directeurs des Chambres d'agriculture romandes

Pour sa dernière séance extra-muros, le directeur d’AGORA a invité la Conférence des directeurs des Chambres d’agriculture romandes dans son Val-de-Travers natal pour une réunion de 2 jours. L’ordre du jour va permettre de traiter de nombreux sujets d’actualités comme la politique agricole, le marché laitier, les consultations en cours, les attaques médiatiques contre l’agriculture (surtout en Suisse alémanique) ou le message du Conseil fédéral sur l’initiative de l’USP pour la sécurité alimentaire. Les accords internationaux tels que le TTIP, TISA et les accords de libre-échange, l’initiative des Jeunes socialistes  » Stop à la spéculation sur les biens alimentaires » seront aussi traités. La Conférence recevra une délégation de « Solidarité Paysans Romandie ».
Au programme récréatif figure la visite de la Maison de l’Absinthe, à Môtiers, d’Agri Bio Val à Fleurier (compostage) et d’une curiosité géologique, la Glacière de Monlési.

3 juillet 2015 : Message du Conseil fédéral sur l'initiative de l'USP pour la sécurité alimentaire

Le Conseil fédéral a publié son message à l’attention du Parlement relatif à l’initiative de l’USP « Pour la sécurité alimentaire ». Sans surprise, il conclut au rejet de cette initiative. Il annonce aussi à y opposer un contre-projet direct comme prévu en janvier 2015.
Le message est pour le moins contradictoire. Le Conseil fédéral admet l’importance de la sécurité alimentaire tant au niveau mondial que national. En janvier, il répondait à cette question avec la proposition d’un contre-projet confirmant la nécessité d’améliorer les bases constitutionnelles en matière de sécurité alimentaire, tout en relevant que l’initiative de l’USP n’était pas le bon moyen pour cette amélioration.
A fin juin, le Conseil fédéral considère qu’une base constitutionnelle n’est plus nécessaire, opérant un virage à 180° difficilement compréhensible. Pour lui, les bases actuelles sont suffisantes (ce qui n’était pas le cas en janvier 2015) et l’initiative de l’USP n’est pas nécessaire.
Cette incohérence ne fait pas que renforcer la conviction d’AGORA de s’engager en faveur de l’initiative de l’USP.
Selon toute probabilité, le Parlement (élu en octobre 2015) traitera le message en 2016 et la votation populaire est prévue pour 2017.

23 juin 2015 : Premier bilan de PA 14-17, AGORA n'est pas d'accord avec l'OFAG

Pas de surprise : l’autosatisfaction est de mise à l’OFAG. Et pourtant, on est loin des prévisions annoncées dans le message au Parlement de 2012, avec par exemple une contribution de transition prévue à plus de 70% (47% en 2014) ou des contributions à la qualité du paysage de 30 millions de francs (70 mio en 2014). Si l’augmentation des contributions en montagne et en zone d’estivage est positive, il faut bien admettre que la plaine est le parent pauvre de la réforme, quand bien même cette région a enregistré une progression importante des surfaces de promotion de la biodiversité au détriment des surfaces de céréales fourragères, en constante diminution. L’OFAG annonce d’ailleurs que le renforcement  comparatif des grandes cultures n’est pas encore évaluable. C’est le refus de voir que PA 14-17, c’est trop d’écologie et moins de production. Pour AGORA, un bilan après seulement une année est prématuré, surtout au vu des bonnes conditions de 2014 qui ont occulté en partie les effets négatifs de la nouvelle politique agricole. L’OFAG continue à faire preuve d’autisme face à certaines réalités de terrain et face à ce qui se dit dans les campagnes.

16 juin 2015 : Expo Milano 2015

Dans le cadre de l’assemblée générale d’Agro-Marketing Suisse (AMS), nous avons eu l’occasion de visiter l’exposition universelle de Milan, appelée Expo Milano 2015.
Nous avons eu une très bonne impression de cette manifestation gigantesque qui enregistre chaque jour entre 70 et 90’000 visiteurs. Plus de 140 pays présentent des pavillons, dont certains sont de véritables chefs d’oeuvre architecturaux. La conception est très simple avec une immense allée centrale (couverte, car il fait très chaud à Milan) de près de 2 km de long qui facilite l’accès aux pavillons. Il faut ensuite un peu de patience car les files d’attente sont la règle pour la plupart des pays.
Nous avons aussi beaucoup apprécié le pavillon suisse qui thématise la question de la sécurité alimentaire et le restaurant où sont servis des spécialités et des produits exclusivement suisses.
Expo Milano 2015 est ouverte jusqu’au 31 octobre. Et ce n’est qu’à 3 heures 10 de Lausanne. Une visite vaut la peine.

09.06.2015 : Ordonnance PA 14-17 en consultation

Le projet de réponse d’AGORA à la consultation sur le train d’ordonnances PA 14-17 est disponible ici.
Sous réserve de quelques corrections concernant les valeurs pour la SAU et les activités proches de l’agriculture, AGORA entre en matière sur l’adaptation des facteurs pour les UMOS (Unités de main d’oeuvre standard). La diminution du seuil inférieur de 0.25 à 0.20 UMOS pour bénéficier des paiements directs est acceptée.
Par contre, AGORA est beaucoup plus critique en ce qui concerne les simplifications administratives proposées qui relèvent d’un exercice alibi. Parmi les 24 mesures proposées, très peu concernent les exploitants agricoles.
Enfin, la baisse de 10% des contributions pour les surfaces de promotion de la biodiversité est rejetée en partie. Les surfaces herbagères ne devraient pas être touchées.
Par contre, les surfaces sur terres assolées doivent être massivement diminuées (par ex. les jachères) et avec l’argent économisé, il faut verser une prime pour les céréales fourragères.

29.05.2015 : Nouveau directeur à AGORA

Dans sa séance du 27 mai, le comité d’AGORA a nommé Loïc Bardet, actuellement collaborateur dans l’organisation, au poste de directeur. Au 1er janvier 2016, il remplacera le titulaire actuel, Walter Willener, qui a souhaité prendre une retraite anticipée à fin 2015.
Agé de 30 ans, le futur directeur est au bénéfice d’une formation d’ingénieur agronome EPF. Travaillant depuis 2010 à AGORA, il dispose d’une solide expérience professionnelle et d’une parfaite connaissance des dossiers de politique agricole et des gestions de formation.

Communiqué de presse ici

08.05.2015 : Train d'ordonnances PA 14-17 automne 2015

Le Conseil fédéral vient de mettre en consultation le train d’ordonnances PA 14-17, automne 2015. Ce ne sont pas moins de 17 ordonnances qui sont concernées, présentées dans un rapport de 184 pages !

Les 2 principaux points portent
– sur la simplification des procédures administratives
– sur l’adaptation des des facteurs de calcul des UMOS

Pour AGORA, la simplification des procédures administratives est un exercice alibi puisque la plupart des mesures proposées n’en sont pas ou ne concernent pas les exploitants agricoles. Il est indispensable qu’un certain nombre de propositions issues des tables rondes organisées sur ce sujet au printemps 2015 soient intégrées pour le 1er janvier 2016.
Concernant les UMOS, AGORA entre en matière sous réserve de quelques calculs qui sont en cours de vérification.
A noter aussi qu’il est proposé de limiter les surfaces écologiques à 50% de la SAU de l’exploitation. Une revendication maintes fois déposées par AGORA que l’OFAG prend enfin en compte.

08.05.2015 : Denrées alimentaires exclues du Cassis de Dijon

Après 5 ans de discussions, le Conseil national vient de confirmer l’initiative parlementaire Jacques Bourgeois demandant l’exclusion des denrées alimentaires du champ d’application du principe du Cassis de Dijon.
Une majorité assez nette (109 pour et 65 contre) s’est dégagée du vote.
Les élus romands, tous partis confondus, ont massivement soutenu la proposition Bourgeois.
Le dossier doit encore être confirmé par le Conseil des Etats.

20.04.2015 : AGORA donne son avis sur plusieurs objets en consultation

Comme déjà relevé dans nos informations précédentes, la première partie de l’année 2015 est marquée par de nombreuses auditions et consultations.

Ainsi, la semaine dernière, AGORA a envoyé aux Offices fédéraux concernés sa position sur :
a) Le contre-projet du Conseil fédéral à l’initiative de l’USP pour la sécurité alimentaire. AGORA rejette catégoriquement ce contre-projet qui ne répond en aucune manière au renforcement de la production agricole indigène. Au contraire, il favorise les importations considérées comme un élément de la sécurité alimentaire.

b) La modification de l’ordonnance sur les épizooties, de l’ordonnance concernant l’élimination des sous-produits animaux et de l’ordonnance sur la protection des animaux. Si les 2 premières ne posent guère de problèmes, AGORA rejette les propositions faites en matière de transports d’animaux avec déchargement intermédiaire. Elles sont trop compliquées et difficilement applicables et contrôlables dans la pratique. AGORA ne remet cependant pas en cause la durée maximale de transport (6 heures).

c) La révision de la loi sur la formation professionnelle soutenue par AGORA. La Confédération prévoir de soutenir à hauteur de 50% au moins les frais des cours préparatoires à un examen de formation supérieure (brevet ou maîtrise), ce qui est dans l’intérêt évident de l’agriculture et qui rend la formation supérieure plus attractive. AGORA demande même de porter le soutien fédéral à 60%, par analogie au soutien à l’organisation des examens.

Voir aussi sous consultation et auditions par ce lien.

15.04.2015 : Assemblée des délégués 2015

Une centaine de délégués ont participé à l’assemblée 2015 d’AGORA, organisée cette année au Château de Boudry (NE).

Outre les rapports du président Philippe Jeannerat et du directeur, Walter Willener, l’assemblée a approuvé les comptes 2014 légèrement déficitaires, le budget 2015 positif et le programme d’activités 2015. Le point fort de l’année en cours est l’étude sur l’agriculture romande, menée par AGORA, en collaboration avec la HESA Zollikofen. A l’unanimité, l’assemblée a voté une résolution à l’attention du Conseil fédéral relative à la Politique agricole 2014-2017 ou des corrections majeures doivent être faites rapidement, afin de mieux soutenir une agriculture productive.

30.03.2015 : Stratégie biodiversité : attention danger

Depuis près de 2 ans, l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) planche sur la mise en oeuvre de la Stratégie biodiversité. Un des 10 objectifs du plan d’action porte sur les surfaces écologiques, dont la part devrait être portée de 12% actuellement à 17%. Le pourcentage figure dans une convention internationale sur la biodiversité, signée par le Conseil fédéral.

Pour atteindre cet objectif, l’OFEV entend passer en premier lieu par les collectivités publiques (Confédération, cantons, communes) qui sont aussi de très importants propriétaires fonciers. Pour cela, il est prévu d’aménager les baux conclus par ces collectivités avec les exploitants agricoles. Mais l’OFEV veut aller plus loin. Selon un récent article du « Schweizer Bauer », la Confédération va jusqu’à envisager l’introduction d’une procédure d’expropriation pour les propriétaires privés pour obtenir de nouvelles surfaces écologiques. Inutile de dire qu’AGORA va combattre par tous les moyens possibles une telle idée.

18.03.2015 : Découvrez le rapport d'activité 2014 d'AGORA

Défense professionnelle, formation professionnelle, gestion de mandats et gérance de secrétariats : vous pouvez découvrir les multiples activités d’AGORA dans le rapport 2014.

Vous y trouverez la composition des organes d’AGORA (membres, comité, commissions, personnel). Parmi les points forts de l’année, il faut citer la mise en oeuvre difficile de PA 14-17, la consultation sur les ordonnances Swissness et surtout la réussite de la récolte des signatures pour l’initiative de l’USP pour la sécurité alimentaire. Pour la formation, le travail des différentes commissions est détaillé, avec en particulier les tâches des directions d’examens de brevet et de maîtrise pour l’agriculture et les branches spéciales. Les activités de l’Ortra AgriAliForm sont mentionnées.

Au niveau des mandats et secrétariats, il faut citer la très bonne marche de PR-PG et d’IP-Suisse.

Pour lire le rapport, cliquez ici

16.03.2015 : Enquête sur PA 14-17 : La Suisse romande oubliée !

Agroscope Tänikon vient de publier dans la revue « Recherche agronomique suisse » une enquête réalisée en mars 2014 sur la nouvelle politique agricole 14-17. Cette enquête s’est faite avec la collaboration de « Vision Landwirtschaft », une association qui aimerait faire de la Suisse une réserve naturelle. Elle conclut à un niveau élevé de satisfaction des agriculteurs.

A ce titre, l’USP vient de dénoncer le peu de sérieux de cette étude réalisée auprès d’un échantillonnage non représentatif d’exploitants et à un moment où les conséquences du nouveau système de paiements directs n’étaient pas connues des agriculteurs.

AGORA constate que l’enquête a porté uniquement sur des exploitations des cantons d’Argovie, des Grisons, de Soleure et de Zürich. La Suisse romande a été totalement oubliée, ce qui diminue encore la crédibilité de cette enquête. AGORA va solliciter une entrevue avec Vision Landwirtschaft pour leur rappeler que la Suisse romande existe et que les agriculteurs romands ne partagent absolument pas les thèses de cette association.

11.03.2015 : AGORA rencontre l'OFAG

Le 3 mars dernier, AGORA a organisé une rencontre avec l’OFAG, représenté par son directeur Bernard Lehmann et son vice-directeur Dominique Kohli, à Agrilogie Grange-Verney. Durant plus de 2 heures, les responsables d’AGORA, des Chambres romandes d’agriculture, des organisations sectorielles, des organisations de paysannes et des Services cantonaux de l’agriculture ont discuté du contre-projet du Conseil fédéral à l’initiative de l’USP pour la sécurité alimentaire et de la PA 14-17.

L’argumentation de Bernard Lehmann en faveur du contre-projet du Conseil fédéral n’a guère convaincu l’auditoire. Ce contre-projet veut poursuivre la politique agricole actuelle et ne montre aucune volonté de renforcer l’approvisionnement du pays en denrées alimentaires indigènes. Pire encore, il considère que la sécurité alimentaire passe pour une plus grande ouverture des marchés.

Sur PA 14-17, de nombreux agriculteurs ont apporté des témoignages grandeur nature sur les problèmes rencontrés. Trop d’administration, pas d’amélioration du revenu, émergence d’une agriculture à 2 vitesse, production céréalière négligée, problèmes particuliers (bisons), la liste des critiques a été très longue. Plusieurs points mis en évidence par les agriculteurs avaient déjà été identifiés par AGORA dans les prises de positions d’AGORA lors des consultations ouvertes sur PA 14-17 et sur les ordonnances d’applications, sans rencontrer beaucoup d’écoute de la part de l’OFAG.

AGORA souhaite que l’OFAG ait cette fois compris et entendu les messages des agriculteurs et que des corrections substantielles soient apportées à la PA 14-17 dès le 1er janvier 2016.
Interview d’AGIR à AGORA

13.02.2015 : Stratégie résistance aux antibiotiques

AGORA dit oui, mais…

Dans le cadre de l’audition sur la stratégie nationale contre la résistance aux antibiotiques (StAR), AGORA soutient les 8 objectifs proposés, soit la surveillance, la prévention, l’utilisation appropriée, la lutte contre les résistances, la recherche, la coopération, l’information et la formation.

Toutefois, le projet proposé présente des manquements. AGORA demande de produire un rapport complémentaire avec les mesures concrètes de mise en oeuvre et surtout des propositions de financement. Sur ce point, il est étonnant de voir que la Confédération fait procéder, en cours d’audition à une étude externe. La question des ressources et du financement est capitale pour savoir si les objectifs de la StAR sont réalisables totalement ou partiellement ou par étapes et avec quels moyens.

AGORA demande aussi qu’une nouvelle audition soit ouverte sur le rapport complémentaire. Par ailleurs, AGORA se prononce clairement contre l’idée qui viserait à réallouer les contributions pour le bien-être des animaux en contributions pour la santé des animaux.

03.02.2015 : Encore des consultations en rafales

Le 5 janvier dernier, nous avons présenté la liste des consultations portant sur des objets agricoles et sur lesquels AGORA doit se déterminer. Depuis la liste s’est encore allongée avec :

– Le contre-projet direct du Conseil fédéral à l’initiative de l’USP pour la sécurité alimentaire
– L’ordonnance sur la protection des eaux (espaces cours d’eau)
– L’ordonnance sur la chasse (tir facilité du loup sur décision cantonale)
– Les ordonnances sur les épizooties, sur l’élimination des sous-produits animaux et sur la protection des animaux
– La loi fédérale sur la formation professionnelle avec un soutien renforcé pour la formation supérieure (brevet-maîtrise)

Les projets de réponses définitives d’AGORA sont régulièrement mis en ligne sur le présent site via ce lien.

26.01.2015 : La direction d'AGORA est à repourvoir

AGORA vient de publier une annonce dans l’AGRI et sur différents sites d’annonces emplois qui annonce la mise au concours du poste de directrice/directeur d’AGORA. En effet, le titulaire actuel, Walter Willener, avait fait part, lors de l’assemblée des délégués d’avril 2014 de son intention de quitter de manière anticipée (2 ans) l’organisation qu’il dirige depuis septembre 2000.

Il a confirmé sa décision au comité en décembre dernier et le bureau a préparé la mise au concours. Voir l’annonce sous ce lien.

L’objectif est de repourvoir le poste d’ici mi-juin 2015 afin de permettre une entrée en fonction du futur titulaire au 1er novembre ou 1er décembre 2015.

Même si sa motivation reste intacte, Walter Willener estime qu’il est le temps de laisser la place à de nouvelles forces. Après 4 ans au service d’une entreprise privée (Potasse SA à Berne), il a dirigé durant 20 ans la Chambre neuchâteloise d’agriculture et de viticulture, puis AGORA durant 15 ans. Après 35 ans au service de l’agriculture neuchâteloise et romande, il a estimé que le bail pouvait prendre fin et qu’il était temps de s’occuper de ses vignes à Auvernier, de continuer son engagement politique et maintenir quelques mandats ponctuels en lien avec l’agriculture.

19.01.2015 : AGORA rejette le contre-projet du Conseil fédéral à l'initiative de l'USP pour la sécurité alimentaire

Dans son contre-projet à l’initiative de l’USP pour la sécurité alimentaire, le Conseil fédéral signe et persiste dans une voie erronée. Il veut une agriculture compétitive et pour lui, la sécurité alimentaire passe par l’accès aux marchés agricoles internationaux. En d’autres termes, la disparition des exploitations familiales doit se poursuivre et les frontières doivent s’ouvrir encore davantage.

AGORA ne peut partager cette vision. L’organisation faitière de l’agriculture romande demande au Conseil fédéral comment il entend encore augmenter la compétitivité de l’agriculture alors qu’une récente étude a montré que les salaires suisses étaient les plus élevés du monde et que notre monnaie va s’aligner sur l’euro.

AGORA estime que le pilier central de la sécurité alimentaire doit être une production agricole indigène saine, solide, assurant un approvisionnement net de proximité et de qualité d’au moins 60%. L’OFAG veut qu’AGORA cesse de critiquer un supposé doqme de libéralisme pour se demander si le dogme du protectionnisme n’est pas une voie sans issue (News de l’OFAG du 14 janvier 2015). Manifestement, notre administration qui devrait être au service de l’agriculture suisse oublie que le libéralisme pratiqué depuis plus de 20 ans en Suisse et dans le monde n’a fait que appauvrir les familles paysannes d’ici et d’ailleurs. Avec bientôt près de 50% de denrées alimentaires importées, le dogme du protectionnisme n’existe pas. AGORA demande simplement le maintien d’une protection à la frontière ADAPTEE qui assure à un maximum de familles paysannes une existence digne, avec un revenu décent.

L’initiative pour la sécurité alimentaire de l’USP apporte une bonne réponse aux attentes de la population. AGORA préfère l’original à la mauvaise copie du Conseil fédéral.

12.01.2015 : Paquet d'ordonnances PA 14-17, printemps 2015

AGORA a pris position sur les modifications des ordonnances PA 14-17 proposées par l’OFAG pour le printemps 2015. Ces modifications sont minimes et ne sont pas contestées, à 2 exceptions importantes :

– AGORA rejette la révision de l’ordonnance sur l’élevage où l’OFAG souhaite attribuer le soutien financier selon une clé de répartition définie pour chaque catégorie d’animaux. Le système proposé enlève toute souplesse et cache de nouvelles économies non justifiées pour les éleveurs de bovins, de porcs, de chevaux, de moutons et de chèvres. Le système actuel permet une répartition de l’argent qui prend en compte les évolutions dans les effectifs des différentes catégories d’animaux. Il doit être conservé.
– AGORA refuse aussi la modification de l’ordonnance sur les importations agricoles ou l’OFAG propose d’augmenter le contingent tarifaire de 1000 to. pour les oeufs de consommation et de diminuer d’autant celui des oeufs de fabrication. Cette rocade est de nature à freiner le développement de la production indigène d’oeufs de consommation, un marché aujourd’hui porteur, au contraire de celui des oeufs de fabrication où la Suisse n’est absolument pas concurrentielle.

Au surplus, AGORA a repris dans sa réponse à la consultation un certain nombre de propositions antérieures.

05.01.2015 : Consultations en masse

L’année 2015 commence fort en matière de consultations sur des objets agricoles. Actuellement, AGORA examine les dossiers suivants :

– Train d’ordonnances PA 2014-2017, printemps 2015, avec délai de réponse au 15 janvier 2015.
– Modification de l’ordonnance sur les épizooties concernant l’infestation par le petit coléoptère de la ruche (16 janvier 2015).
– Initiative parlementaire sur les importations de viande assaisonnée avec l’abolition du traitement préférentiel dans le tarif douanier (28 février 2015).
– Stratégie nationale contre la résistance aux antibiotiques (15 mars 2015).
– 2ème étape de la révision sur la loi sur l’aménagement du territoire (15 mai 2015).

Comme d’habitude, les projets de prise de position d’AGORA sont disponibles sous ce lien.

2014

18.12.2014 : Le comité d'AGORA est mécontent de la PA 14-17

Le comité d’AGORA a fait un état des lieux sur la mise en oeuvre de la PA 2014-2017 dans les cantons romands. Sur le plan des chiffres uniquement, les cantons de Vaud et du Valais sont les grands gagnants en matière de paiements directs avec 18 et 12 mio de francs de plus. Neuchâtel et le Jura sont aussi légèrement gagnants, alors que Fribourg et le grand perdant (-14 mio de francs).

Davantage encore que les chiffres, c’est l’extrême complexité administrative et les premières observations qui démontrent que des exploitations tendent à optimiser les paiements directs, notamment dans le domaine de l’écologie au détriment de la production qui posent problème.

La crainte mainte fois exprimée par AGORA de voir l’émergence d’une agriculture à 2 vitesses se vérifie déjà après la 1ère année de PA 14-17. La discussion au comité a confirmé une grande insatisfaction, en particulier du côté des exploitants, mais aussi de la part des représentants cantonaux. En conclusion, le comité a chargé la direction d’AGORA d’organiser, dans les délais rapprochés, une séance avec Bernard Lehmann, directeur de l’OFAG. Celle-ci devrait avoir lieu en janvier-février 2015.

18.12.2014 : C'est parti pour l'étude sur l'agriculture romande

Le comité d’AGORA a définitivement décidé, lors de sa séance du 9 décembre dernier de réaliser l’étude sur l’agriculture romande (voir aussi notre information du 1er décembre 2014 dans les thèmes des semaines précédentes).

Une première étape de mise en oeuvre de cette étude a été ouverte avec la recherche d’une vingtaine d’exploitations-types sur l’ensemble de la Suisse romande qui serviront de base, à côté des données statistiques, pour déterminer les forces et les faiblesses, mais aussi les chances et les risques de l’agriculture.

Cette recherche se fait par l’intermédiaire des Chambres d’agriculture. En outre, l’étude est suivie par un comité de pilotage formé par la Conférence des directeurs des Chambres qui pourra s’élargir à d’autres personnes, en fonction de l’avancement des travaux qui feront l’objet d’informations régulières sur le présent site.

01.12.2014 : AGORA va lancer une étude sur l'agriculture romande

En collaboration avec l’HESA de Zollikofen, AGORA va faire un état des lieux sur l’agriculture romande en 2015. Sur cette base, une analyse, basée sur un certain nombre d’exploitations-types, devra établir les forces, les faiblesses, les chances et les risques de l’agriculture romande sous l’angle de la PA 14-17 et de PA 2018+. Parmi les objectifs de l’étude, il faut citer :

– l’élaboration de scénarios pour l’avenir de l’agriculture romande et la proposition d’une stratégie offensive
– des propositions de mesures visant à accroître la valeur ajoutée de l’agriculture et son attractivité
– donner aux organisations agricoles romandes les éléments nécessaires pour les aider à se positionner de manière proactive et constructive dans le cadre des discussions futures sur la politique agricole

L’étude, dont les résultats sont attendus pour le mois de février 2016 sera financée par AGORA, les Chambres romandes d’agriculture et par la Fondation pour une alimentation durable assumée par l’agriculture suisse.

25.11.2014 : Bilan très positif pour SwissSkills Berne 2014

Pour l’Ortra AgriAliForm, la participation au 1er Championnat Suisse des Métiers, SwissSkills Berne 2014 a été un énorme succès. Avec 36 concurrentes et concurrents pour le titre de Champion Suisse, métier d’agriculteur/trice et avec les autres métiers du champ professionnel, l’agriculture a fait très forte impression auprès du très nombreux public et dans les médias.

Des épreuves attractives, des jeunes très motivés, une bonne ambiance ont contribué à 4 jours inégalés en matière de promotion des métiers de la terre.

Le Comité d’organisation a fait le bilan de cette participation qui débouche aussi sur l’équilibre financier et s’est prononcé clairement pour une reconduction régulière, par exemple tous les 4 ans, d’un tel concours sur le plan national. Il propose aussi de mettre en place un groupe de travail chargé d’examiner la faisabilité d’un concours interne au champ professionnel tous les 2 ans, par exemple avec la collaboration d’une école d’agriculture. A suivre donc…

Rappel : Les lauréats ont été : 1er, Roman Schirmer (SG) – 2è, Ueli Baumgartner (LU) – 3è, Pascal Krebs (ZH)

13.11.2014 : Nouvelle augmentation du nombre d'apprentis

Sur la base des indications fournies à mi-septembre par les écoles professionnelles, le nombre d’apprentis du champ professionnel de l’agriculture AgriAliForm a progressé de 1% à la rentrée 2014. Il s’établit à 3’432 contre 3’400 à la rentrée 2013.
Voici les derniers chiffres (pour les 3 ans d’apprentissage)

 2013 2014
Agriculteurs  2801 2798
 Aviculteurs  14  12
 Maraîchers  87  98
 Arboriculteurs  44  50
 Viticulteurs  181  177
 Cavistes  68  80
 AFP  205  217

AGORA considère ces chiffres comme très réjouissants, même si l’agriculture enregistre une stagnation. Ils prouvent l’intérêt des jeunes pour la formation dans un métier du champ professionnel de l’agriculture.

10.11.2014 : Vers une révision partielle de la formation agricole de base

Ces dernières semaines, la durée de la formation agricole a suscité beaucoup de discussions au sein des organisations professionnelles, suite à la publication du rapport sur l’évaluation de cette formation, rapport commandé par l’Ortra AgriAliForm.
Faut-il rester à 3 ans ou faut-il passer à 4 ans ?
La décision est tombée très clairement : par 14 voix contre 1, le comité d’ AgriAliForm a décidé de maintenir cette formation sur 3 ans et d’ouvrir une révision partielle de l’ordonnance et du plan de formation. Cependant, en parallèle et hors révision, le comité va analyser en profondeur les avantages et les inconvénients d’une formation sur 4 ans.
Cette décision satisfait AGORA qui s’était aussi prononcé majoritairement pour le maintien à 3 ans.
La révision partielle sera conduite par la Commission pour le développement et la qualité d’AgriAliForm qui pourra s’appuyer sur 2 groupes de travail. Parmi les éléments à étudier, il faut relever :
– Le modèle de formation linéaire ou progressif
– Le contenu du plan d’études
– La procédure de qualification et le dossier de formation

Compte tenu des délais donné par le SEFRI, les nouvelles dispositions n’entreront en vigueur qu’à la rentrée scolaire d’août 2017.

03.11.2014 : Initiative de l'USP : Le Conseil fédéral se moque des 147'000 signataires

Le Conseil fédéral a décidé de présenter un contre-projet direct à l’initiative de l’USP pour la sécurité alimentaire. Pour AGORA, les intentions du gouvernement ne sont pas claires du tout. Au contraire, elles sont même inquiétantes puisqu’il entend montrer l’importance des importations pour le maintien de la sécurité alimentaire en Suisse et qu’il ne donne aucun signe tangible pour adapter l’actuelle politique agricole dans la direction d’une agriculture productive. Le Conseil fédéral inscrit expressément les importations issues d’un éventail de pays triés sur le volet ! Une porte ouverte aux produits en provenance des Etats-Unis et du Brésil dans nos assiettes. Or il est évident qu’un renforcement de l’approvisionnement du pays en denrées alimentaires nécessite :
– la préservation des terres cultivables
– l’encouragement de la fonction de production de l’agriculture
– le maintien d’une protection appropriée à la frontière

Certes, le texte du futur article constitutionnel n’est pas connu à ce jour, mais nous ne faisons absolument pas